— Forum Ce Soir Ou Jamais II — Index du Forum

— Forum Ce Soir Ou Jamais II —
(le seul forum libre, succédant à celui de la célèbre émission)

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Onfray ne réfléchirait-il pas assez ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    — Forum Ce Soir Ou Jamais II — Index du Forum -> CSOJ forum bis -> lu, vu, écouté: vos recommandations
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Pr Fox
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 08 Déc 2016
Messages: 276
Localisation: nomad's land
Masculin Gémeaux (21mai-20juin)

MessagePosté le: Ven 10 Fév - 09:01 (2017)    Sujet du message: Onfray ne réfléchirait-il pas assez ? Répondre en citant

   D'abord parce qu'il méconnaît l'impact que peuvent avoir ses propos (largement dispatchés dans les médias, jusqu'à chez M. Drucker...) dans l'inconscient collectif.


Ensuite parce que, très bien documenté, bien souvent il ne prend pas le recul nécessaire pour établir une position tranchée, personnelle et authentique. Son mérite est de dépoussiérer les archives, l’inconvénient étant qu'il ravive aussi des "hoaxes", quasiment des "fakes", (des impostures, quoi !) Il sait généralement juxtaposer des éléments factuels, éclairer les conjonctures passées par des détails oubliés, mais sans montrer une perspective autrement que tournée vers le passé, sans avoir un axe conjecturel bien défini...
Par exemple lors de la promo de son dernier livre intitulé "Décadence" il souligne les bévues historiques, les dérapages malencontreux, les bavures diverses... Mais semble-t-il sans avoir un œil sur les divers axes de crépitude salvatrice, sans l'enthousiasme suscité par les utopies informelles déjà engagées, (et toutes les inventions occultées, si elles le pouvaient)...



Et là où ça devient limite dangereux c'est de nous entretenir rapidement de cette tendance "déicide" attribuée aux "juifs" par des intégristes chrétiens (au milieu du 19ème siècle : ça date) ; cela sans prendre de pincettes (plus modernes)  à l'égard des remugles racistes, et de la haine qui peut s'effuser de ces lubies et autres foucades. Cela en oubliant de préciser que Ponce Pilate était romain, et que c'est par une sorte de suffrage universel populiste, (plutôt du genre Foire aux Bestiaux !), que Barabas fut épargné, au détriment du pas encore assez célèbre, Jésus... Malheureusement en dépit de la perche tendue par ce préfet de Judée* afin d'épargner éventuellement cet innocent un chouïa pipole, le mépris populaire fut féroce ; (la méprise, diraient les "croyants").



Souvenons nous d'abord que le titre « Jésus roi des Juifs » fut inscrit sur la croix à titre purement péjoratif, comme une mauvaise blague, avec l'ironie toute particulière à cette époque, où le moindre fraudeur, l'inopiné voleur, finissait ainsi cloué aux yeux de tous. (Il s'agissait aussi de faire un pied de nez, pour l'exemple, aux Iscariotes : des agitateurs que Jésus comptait dans ses relations... Sans parler des Zélotes, autres "mauvaises fréquentations"...)



Mais, méfions nous du contre-sens, puisque la notion de "race" (telle que machinalement employée encore de nos jours, sans sourciller) n'est apparue qu'au 19ème siècle**, il va de soi que l'humour noir en question ne concernait qu'une vague communauté montrée du doigt, qu'une province, chahuteuse, et chahutée lorsqu'elle se montre ostensiblement rebelle...


Jesus était « juif » (au XIIème siècle on disait  "juiu ", et non plus "judéen"), de la même façon que sont ménilmontois "les gars de Ménilmontant", et comme étaient ainsi désignés tous les autochtones de Judée... C'était son état civil, comme celui de ses voisins, (qui, comme on l'a vu, le condamnèrent suite à un pitoyable reality-show...)


N.B. Le seul historien connu évoquant l'événement (si l'on fait abstraction des divers Évangélistes, apocryphes ou pas), Flavius Josèphe (né Joseph ben Mattathias, à Jérusalem), fut "judéen" (donc "juif") lorsqu'il vécu dans sa région natale, puis romain une fois installé à Rome (affranchi sous le règne de Vespasien***).



Galiléen, nazaréen (comme on le sait ses parents migrèrent), de Chorazeïn (à trois kilomètres au nord de Capharnaüm), samaritain d'adoption (momentanément), cotoyant les pharisiens, les saduccéens, les esseniens, ainsi que les Baptistes, le profil diagnostique de Iéshoua (Jésus, pour les intimes, chrétiens, ou ʿĪsā (ʿīsā, عيسى) aussi transcrit Issa pour les musulmans) est flou, surtout si l'on s'en tient à éviter tout anachronisme.****

Le beatnik en question (routard si vous préférez) était "juif" comme la majeure partie des habitants de la capitale de notre pays sont des "parisiens" : c'est-à-dire que nenni ! Et ses "prochains" non plus. Pas comme on l'entend de nos jours.



On peut parler des juifs d'alors comme on se mis à parler des "français" ("françois") pour réunir sous une même appellation les diverses tribus gauloises (avec chacune leur langue propre), les celtes (socle culturel historique),  les franco-provinciaux (causant l'arpitan), les occitans (langue d'Oc),  les picards, les normands, les angevins, les champenois, (tous utilisant une langue d'Oï) Etc. C'était sans doute surtout pratique pour mieux forcer l'allégeance (égyptienne ou romaine en l'occurrence).*****






Ainsi donc l'authentique problématique autour de cette condamnation à mort n'est pas de savoir qui fut de quelle "race" (ni même de quelle religion, puisque Jesus n'était évidemment pas "Chrétien" à cet instant...) ; mais plutôt en termes de cultures, de classes, de hiatus entre noblesse et médiocratie, (voire esclavage) ; de conflit entre Pouvoir éclairé et Pouvoir aveugle ; entre autorité hiérarchisée (temporelle), et dynamique underground (rhizomique et insatiable) etc.
Le manichéisme primaire (notons que les Manichéistes, sectaires, furent traités tels des "hérétiques" à une certaine époque), ne conduit généralement qu'à du mensonge (pour le moins par omission).

-----


* Un gouverneur de province qui sera ensuite renvoyé à Rome, probablement disgracié, et qui disparu dans des conditions douteuses. "L'Église éthiopienne orthodoxe le vénère comme saint et martyr avec sa femme tandis que les Églises grecques orthodoxes honorent seulement celle qui, selon la tradition chrétienne, serait sa femme, sous le nom de Claudia Procula.")

**  1480 : RASSE « ensemble des ascendants et des descendants d'une même famille, d'un même peuple » (cf. Myst. Viel Test., éd. J. de Rothschild, t. 1, p. 162, 4270)
Quasiment synonyme de "nation" : ceux partageant une même base culturelle et/ou idéologique. (Exemples : "la nation du Rock'n'Roll est transgénérationnelle" ou "L'Internationale communiste est une nation brinquebalante")... Puis par extension synonyme de "congénères", ou de "semblables" (ex: "il est de la race des couards")


***  « Josèphe, un des plus nobles prisonniers, au moment où on le jetait dans les fers, ne cessa d’affirmer que bientôt il serait délivré par Vespasien, et par Vespasien empereur. »
(Suétone, Vie des douze Césars, traduction Désiré Nisard, 1855)

 "Au 1er siècle, le terme traduit par "juif" (en hébreu : יְהוּדִים / yehoudim, en grec ancien :  Ἰουδαῖοι / Ioudaĩoi, en latin : Iudaei, etc.)  désignait l'ensemble d'Israël mais les Evangiles, en langue grecque, usent du même terme — ioudaïos — pour désigner spécifiquement les juifs originaires de Judée, particulièrement de Jérusalem, les « judéens » dans les rangs desquels Jésus comptait de nombreux opposants. Ce problème d'approximation dans la traduction pose question jusqu'à demander s'il n'est pas à l'origine du jugement globalement hostile du christianisme [pendant plus d'un siècle] à l'égard des Juifs en général."
(Cf. J. Ratzinger, préface de Le peuple juif et ses saintes écritures dans la Bible chrétienne, יd. Cerf, 2001, cité par Gérard Israël, Jésus au regard de son peuple, in Le Point, Hors-série no 1, décembre 2009, p. 61.)

**** A l'époque le judaïsme « n'y est pas tant une religion (…) [qu]'un peuple dont la particularité s'exprime par des pratiques et des symboles » mais qui n'a pas d'uniformité dans son expression religieuse et présente diverses tentatives d'actualiser les lois mosaîques et de vivre la Torah. (cf. Folker Siegert, « Les judaïsmes au Ier siècle », in Aux origines du christianisme, éd. Gallimard/Le Monde de la Bible, 2000, p. 11)  
De leur côté à cette époque, les samaritains constituent un groupe très distinct du judaïsme. (La Samarie jouxte la Galilée)...

***** "On ignore jusqu’à quel point la langue gauloise a pu influencer le français. (Son apport lexical se réduirait à une centaine de mots, tels que char/charrue, mouton, etc.) [...]
Le francique, en tant que superstrat, a laissé également quelques mots importants (gris, blanc, blond, bleu, etc.) et aurait fortement influencé la prononciation du roman du nord de la Gaule, autrement dit des langues d'oïl et du proto-français." (Wiki)
________________
" Never say never "


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Ven 10 Fév - 09:01 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Yoan AMAR


Hors ligne

Inscrit le: 17 Nov 2017
Messages: 62
Localisation: Ici--->\o/
Masculin Capricorne (22déc-19jan) 鷄 Coq

MessagePosté le: Ven 24 Nov - 20:53 (2017)    Sujet du message: Onfray ne réfléchirait-il pas assez ? Répondre en citant




Plus jamais ça ! 


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:02 (2018)    Sujet du message: Onfray ne réfléchirait-il pas assez ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    — Forum Ce Soir Ou Jamais II — Index du Forum -> CSOJ forum bis -> lu, vu, écouté: vos recommandations Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Panneau d’administration | creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com